Archives de catégorie : conférences


Le Vol en Impesanteur : de la Recherche Scientifique aux vols publics

 

logo aeroclub   Logo AA-IHEDN   logo2100_300dpi

Soirée organisée par la Commission « Astronautique » de l’Aéro-Club de France
en coopération avec le Ciné-Club AA-IHEDN et Prospective 21OO

 Mardi 13 mai 2014 à 18h30

A l’Ecole Militaire, Amphithéâtre Desvallières, 5, Place Joffre, 75 007 Paris,
Métro : Ecole Militaire

Soirée présidée par:
Jean-François Clervoy
Astronaute de l’ESA, Président de Novespace

ZeroG.2b       ZeroG.4b

Par
Jean-François Clervoy,
Introduction, Mécanique du vol parabolique.

Stéphane Pichené,
Pilote d’essai, Pilote de l’Airbus A300 Zéro-G :
Vols d’essais et technique de pilotage de la manœuvre parabolique. 

Sébastien Rouquette,
Docteur en planétologie, Chef de projet vols paraboliques au CNES et instructeur Zéro-G :
La recherche scientifique en impesanteur.

Frank Lehot*,
Médecin aéronautique et instructeur Zéro-G :
Les vols publics de découverte de l’impesanteur.

Jacques Rougerie,
Architecte, Membre de l’Institut:
Passager témoin de vol en impesanteur

 Depuis les années cinquante, les vols paraboliques en avion permettent de recréer l’état d’impesanteur pour mener des recherches scientifiques et entrainer les astronautes avant leurs missions spatiales. Ils sont désormais accessibles au public qui peut maintenant découvrir la sensation « extraterrestre » de voler en impesanteur.
Pays pionnier, la France effectue des vols paraboliques depuis 1989 grâce au CNES et Novespace, procurant à l’Europe son indépendance en matière de recherche scientifique en impesanteur. L’Airbus A300 Zéro-G est le plus gros avion effectuant des vols paraboliques au monde. Les vols sont ouverts au public depuis mars 2013.

* Auteur de : « Voler en apesanteur : un rêve désormais possible ! », Vuibert, 2012

 


L’Art en orbite, par Pierre Comte, plasticien

Conférence proposée par
la Commission « Astronautique » de l’Aéro-Club de France,
en coopération avec Prospective 21OO.

La conférence “L’art en orbite” de Pierre Comte est en ligne sur TV 2100

logo aeroclub                                                       logo2100_300dpi

 

« Si la conquête spatiale n’existait pas, le Space Art n’existerait pas ». C’est à un dialogue art-science que se confronte la démarche du plasticien Pierre Comte. Après une carrière allant du graphisme à l’art cinétique, le concept du Space Art nait en 1979. Il devient alors l’inspirateur en France de la filière des structures gonflables spatiales, le réalisateur de symboles géants visibles à hauteur des satellites et le créateur de minuscules objets cinétiques ne pouvant exister qu’en apesanteur.

Spatioport                       Spatio Comte

Après un bref survol du rêve spatial de l’homme et l’évocation des fondateurs internationaux du Space Art l’exposé de Pierre Comte détaillera  projets et réalisations visant à créer un lien entre le sol et les satellites. Viendra ensuite la grande aventure des structures spatiales gonflables aux possibilités multiples allant des voiles solaires aux spatio-ports et autres architectures cosmiques. Enfin sera présenté ce qui préfigure une forme nouvelle d’expression avec les Zéro G. Art, objets à vocation extraterrestre où l’art évolue vraiment en orbite. De nombreux documents illustreront ce parcours aux frontières de l’art et de la science.

*Secrétaire général de la Commission astronautique à l’Aéro-Club de France, Pierre Comte est également membre de la Société Française d’Egyptologie et prospectiviste spatial dans le cadre de l’association Prospective 21OO. www.pierre-comte.com

 à l’Aéro-Club de France,
Date:
14 avril 2014 à 19H00

 


Réinventer les Arts du Soin ? De la technologie aux philosophies. Un vécu Franco-Chinois en chirurgie

CONF 21OO N°172
par Dr. Pascal GLEYZE, Chirurgien Orthopédiste et cofondateur de l’Institut Franco-Chinois des Arts du Soin, Chengdu, China

Description:
L’exercice du soin a longtemps été considéré comme un Art. Mais les périmètres du soin et les outils qui fondent et permettent l’exercice de cet art restent mal définis, voire s’estompent, alors que nous les croyions intangibles. Or leur mobilisation semble essentielle à la médecine du futur.
L’institut Franco Chinois des Arts du Soin, expérimente l’enseignement des soins de demain. Des médecins stagiaires français et chinois reçoivent un enseignement des dernières techniques du soin occidental couplé à des outils culturels, mentaux et physiques issus des cultures occidentales et Chinoise : séances de travail opératoire, conférences sur l’histoire comparée des soins, les déontologies, les fondements du soin. Des exercices d’adresse, de concentration et de méditation adaptés à la pratique médicale complètent la formation. Ce sont aussi cinq jours de vie partagée.
Comment fonctionne un tel enseignement ? Quel en est l’impact ? Comment cela se traduit-il dans la pratique d’un chirurgien, d’un cancérologue ou d’un médecin généraliste ? Quels sont les fondamentaux éthiques qui sous-tendent cette recherche de soins meilleurs ? Comment éclaire-t-elle le futur en évitant le piège d’une quête du « meilleur des mondes » ?

 Telles sont les questions que la prochaine séance du club « Santé-Solidarité » de Prospective 2100, abordera et discutera le 6 février prochain avec Pascal Gleyze.

Robert Picard et Antoine Vial
Co-Présidents du Club « Solidarité-Santé » de Prospective 2100

Date: Jeudi 6 février 2014 à partir de 18h30 (ouverture des portes), début de la conférence à 19h

Lieu: EFREI, 30-32 Avenue de la République, 94 800 Villejuif

La vidéo de cette conférence

GDE Erreur: Erreur lors de la récupération du fichier - si nécessaire, arrêtez la vérification d'erreurs (404:Not Found)

 


Le concept Hyperloop de train sous tube d’Elon Musk – Fantasme ou nouveau paradigme pour les transports de masse terrestres ?

Conférence 2100 N°171 – avec le parrainage du club Systèmes Electriques de la SEESEE systèmes électriques

par Alain Dupas, Consultant International, Président du Club « Espace » de Prospective 21OO

Description:
Elon Musk est un entrepreneur californien qui fait beaucoup parler de lui ces derniers temps avec ses deux jeunes sociétés industrielles emblématiques : Tesla Motors, qui est un leader mondial pour le développement de voitures électriques haut de gamme, et SpaceX, qui vise à transformer le transport spatial avec sa fusée Falcon 9 et son vaisseau réutilisable Dragon. Est-ce parce que Tesla Motors est installée à San Jose, près de San Francisco, dans la Silicon Valley et SpaceX à Los Angeles, qu’Elon Musk rêve d’un transport de masse rapide et économique entre ces deux cités ? Hyperloop est fondamentalement un simple tube à basse pression, supporté par des pylônes, où circuleraient à un peu plus de 1000 km/h des trains mis en mouvement par des moteurs électriques linéaires et transportant chacun quelques dizaines de passagers.

Quels seraient les avantages par rapport à un TGV traditionnel, dont il existe d’ailleurs un projet de ligne San Francisco-Los Angeles ? Pour Elon Musk, ils sont multiples : la rapidité, l’emprise réduite au sol, l’économie énergétique (grâce à des photopiles installées le long des tubes), le faible coût de réalisation (de l’ordre de 7 G$, contre dix fois plus pour le projet de TGV). Mais le projet est-il réaliste, sur le plan technique comme sur le plan économique ? Et pourquoi réussirait-il alors que des idées comparables, dont certaines remontant à plus d’un siècle (comme le Vac-Train de Robert Goddard, le grand pionnier de l’espace), n’ont jamais réussi à retenir l’attention des investisseurs et des pouvoirs publics ? Ces questions méritent d’être posées, alors que le concept Hyperloop a été plutôt bien reçu par la presse économique internationale. Grâce aux révolutions techniques et sociales en cours, le temps serait-il venu d’une révolution dans les transports terrestres de masse ?

Accès à la vidéo de cette conférence

GDE Erreur: Erreur lors de la récupération du fichier - si nécessaire, arrêtez la vérification d'erreurs (404:Not Found)

Date: Jeudi 28 Novembre 2013 à 17h30

Lieu: Auditorium de RTE – La Défense
Tour Initiale – 1, Terrasse Bellini – Paris La Défense


La Crise de la Démocratie

Conférence 2100 N°170 –

par Jérôme Bindé, Membre du Club de Rome, ancien Sous-Directeur Général Adjoint pour les Sciences Sociales et Humaines et Directeur du Bureau de la Prospective à l’UNESCO

Description:
La nouvelle vague de mondialisation qui restructure la planète depuis la 3e révolution industrielle, celle de l’information, de l’informatique et de l’économie financière, semble mettre en crise la démocratie.
Sommes-nous entrés dans un âge «post-démocratique»? Il convient d’évoquer les symptômes de déclin de la légitimité démocratique : crise de la souveraineté, de la démocratie représentative, de la participation démocratique et « lobbyfication » de la démocratie. Il faut aussi analyser les signes d’une obsolescence croissante de la liberté, de l’égalité, de la fraternité, de la civilité, de l’humanité et des « humanités ».
Mais la crise de la démocratie est peut-être plus profonde, car elle atteint les principes même de l’espace-temps politique. Il importe d’abord de mettre en relief la rétraction croissante de l’espace public, corollaire de l’effacement de la société.
La 3e révolution industrielle induit en effet une « fractalisation » des sociétés, selon un mouvement centrifuge d’ « appariements sélectifs ». L’économie, l’identité nationale, la famille, la ville, l’éducation se fragmentent, comme si une logique de séparatisme travaillait l’ensemble des institutions qui assuraient naguère la cohésion sociale mais imprimaient aussi une dynamique à l’histoire par la régulation des conflits.
L’obsolescence croissante de l’espace public démocratique tient aussi à l’énorme croissance de la part d’ombre au sein des démocraties : essor colossal des complexes militaro-industriels, des services secrets, des criminalités organisées, synergies croissantes entre services spéciaux et mafias, systèmes généralisés d’espionnage de tous par quelques-uns.
Mais il est une seconde grande crise de l’espace démocratique : l’obsolescence croissante du cadre spatial de la démocratie, qui s’était édifié grâce à la formation d’ Etats-nation, à la structuration de territoires et à la délimitation de frontières. L’Etat démocratique paraît désormais trop grand ou trop loin pour régler les problèmes locaux, et trop petit ou trop faible pour gérer les problèmes globaux.
Le sabordage des projets de « gouvernance globale » a laissé l’Etat démocratique impuissant, dans un monde bloqué, hypothéqué par la surconsommation des ressources, la dégradation de la biosphère et la croissance des inégalités.
Une dernière crise menace la « chronologie » de la démocratie : c’est la disparition de l’avenir, du temps et de la durée politiques. Les démocraties contemporaines vivent au jour le jour, dans la tyrannie de l’urgence, comme si leur mot d’ordre était celui des punks des années 70 : «  No future ! ». Elles sont victimes d’un double obstacle : l’obstacle instantanéiste et celui du contrat social lui-même, qui exclue les générations futures.
Deux questions seront abordées pour conclure : peut-on repenser la démocratie en profondeur et lui redonner de nouveaux principes ainsi qu’une nouvelle vie? quels sont les scénarios éventuels que l’on peut esquisser à l’âge « post-démocratique »?

Date: 16 octobre 2013 à 17h30

Lieu: Ecole Nationale Supérieure des Mines de Paris (Mines ParisTech), Salle L 118,
voir la vidéo de cette conférence

GDE Erreur: Erreur lors de la récupération du fichier - si nécessaire, arrêtez la vérification d'erreurs (404:Not Found)

La bio-économie, du passé au futur

Conférence 2100 N° 169 – Bulletin d’inscription
par Claude Roy, Conseil Général de l’Alimentation, de l’Agriculture et des Espaces Ruraux, Président du Club des Bio-Economistes

Description:
Après deux siècles de règne sans partage des ressources et des énergies fossiles dans les pays riches, nous devons faire face, pour les prochaines décennies, à un contexte nouveau et à des défis sans précédents: croissance de la population mondiale; réchauffement climatique ; épuisement des réserves d’hydrocarbures ; disponibilités en eau et en terres ; suffisance alimentaire…
Il apparaît alors singulièrement que, dans un tel contexte, une mise en valeur efficace et durable des forêts et des terres agricoles, avec la performance et la diversification, en aval, de leurs filières et de leurs produits, sont en facteur commun de beaucoup des solutions qui sont envisageables pour prévenir et pallier, au moins en partie, le tarissement annoncé du carbone fossile, pour limiter le réchauffement climatique et pour faire face aux besoins fondamentaux de nos sociétés .
Mais rien ne va de soi dès lors que l’on aborde sérieusement les filières de la biomasse et la bio-économie! Des limites s’imposent, même si toutes ces filières sont renouvelables  et parfois qualifiées de « sans carbone », et même si toutes sont créatrices d’emplois dans les territoires agricoles et forestiers.
La faculté et la nécessité de produire et de stocker efficacement beaucoup de carbone renouvelable photosynthétique (le « carbone vert ») n’est pas encore partagée par tous et suscite bien des polémiques. Et d’autres polémiques encore sont alimentées par les « concurrences d’usages » entre les différentes bio-filières (aliments, fertilisants organiques, matériaux, molécules dédiées à la chimie, ainsi que des énergies variées comme les bio-carburants, le gaz, la chaleur ou l’électricité).

La conférence de Claude Roy sur « La bio-économie, du passé au futur » permettra, en voyant « long et large », de rappeler les enjeux, de présenter les champs d’actions, les forces et les faiblesses de la bio-économie, d’analyser les « feuilles de route » déjà en vigueur, de mesurer les acquis et les potentiels, et de réfléchir enfin à l’importance du « faire savoir » dans la voie du succès.

Date: 2 octobre 2013 à 17h30

Lieu:
Ecole Nationale Supérieure des Mines de Paris (Mines ParisTech), Salle V 107, 60 Boulevard Saint Michel, 75 006 Paris
Métro : RER B, Luxembourg
Parking : Soufflot Panthéon, Rue Soufflot

Participation aux frais :

  • Etudiants et jeunes jusqu’à 25 ans : Gratuit sur présentation d’un justificatif
  • Membres de Prospective 21OO et du Club des Bio-économistes : Inscription pour la conférence : 10 €.
  •  Non Membres : 15 €

Paiement par chèque à l’ordre de Prospective 21OO à envoyer à l’association ou à remettre sur place ou paiement en espèce sur place. Un reçu sera délivré sur demande.

 


Séminaire Jicable HVDC’13

Titre: European Seminar on materials for HVDC cables and accessories : Performance, Modeling, Testing, Qualification

Jicable_Logo_LouisJean_modifié avec cadre

Lieu: Perpignan, France
Date : du 18 au 20 Novembre 2013

Lien vers le site internet de Jicable HVDC’13: Cliquer ici

Description : The objective of Jicable HVDC’13 is to present state of knowledge on the behaviour of materials for HVDC cables and accessories. It will address the physical behaviour, physic-chemical and electrical properties of these materials: dielectric, space charges, interfaces, ageing, reliability, etc. It will then discuss the results of modelling studies and the relationship between modelling and behaviour of materials to clarify the role of tests: investigation, qualification, reception, control in operation, etc. Finally, the seminar will show how these scientific and technical information are taken into account by the system operators to demonstrate and evaluate the equipment over time.