Tous les articles par Nathalie Deschamps-Djermoune


Comprendre notre cerveau pour mieux s’en servir

par Pierre-Marie LLEDO, Membre de l’Académie européenne des sciences et de l’Académie des sciences de New-York. Directeur du Département des Neurosciences et du laboratoire de recherche Perception et Mémoire à l’Institut Pasteur et du laboratoire Gène, Synapse et Cognition du CNRS. Professeur invité à l’Université d’Harvard aux Etats-Unis

CONF 21OO N°184 – Organisée par l’atelier « Cerveau mondial » (Président : Bruno Meyer)
Conférence organisée avec le patronage d’ARTERIA
Mardi 24 Mars 2015 à 18h00 – à Académie d’Agriculture de France, 18, Rue de Bellechasse, 75 007 Paris
Métro : Ligne 12, Solferino

 Description:
Mieux comprendre le fonctionnement de notre cerveau pour améliorer ses performances constitue la voie qu’emprunte ce chercheur afin d’accroître nos facultés intellectuelles.
Quelles perspectives entrevoit-on pour une communication directe entre le cerveau et des machines ? Sciences Biologiques et Sciences de l’Homme seront au rendez-vous de cette conférence.

La spécialité de Pierre-Marie Lledo est l’exploration du fonctionnement de notre cerveau, ses possibilités d’adaptation et de régénération. Il travaille également sur l’interface cerveau-machine.
Son parcours a été récompensé par de nombreux prix dont ceux de l’Académie Nationale de Médecine en 2005, le Prix Jaffé de l’Académie Nationale des Sciences en 2007, le prix de Neurologie de la Fondation pour la Recherche Médicale en 2010 et le prix “Neuroscience” de l’Académie Nationale des Sciences en 2012.
Pierre-Marie Lledo est l’auteur, avec Jean-Didier Vincent, de  « le Cerveau sur mesure », éditions Odile Jacob (2012).
Pour avoir un avant-goût de sa présentation, 13 minutes de « Ted Talk » sur : http://www.tedxparis.com/pierre-marie-lledo/


Culture du livre et culture des écrans: l’indispensable complémentarité

par Serge TISSERON – Psychiatre, Docteur en Psychologie, Habilité à Diriger des Recherches à l’Université Paris VII Denis Diderot

CONF 21OO N°182 – Organisée par l’atelier « Education et Culture » (Présidente : Hélène Serveille)

Le Jeudi 12 Mars 2015 à 17h30 –

à l’EFREI, 30-32 Avenue de la République, 94 800 Villejuif
Métro : Ligne 7, Villejuif-Louis Aragon ; Tramway T7
Parking : Villejuif-Louis Aragon, 172, Boulevard Maxime Gorki, 94 800, Villejuif

Description:
Les technologies numériques nous font passer  brutalement d’une culture du livre à une culture des écrans. Or ces deux cultures façonnent des repères totalement différents. Celle du livre privilégie le modèle d’un seul livre ouvert à une seule page : les contraires s’excluent, c’est un monde du « ou bien/ou bien ». A l’opposé, la culture des écrans fait cohabiter plusieurs écrans ouverts en même temps : les contraires ne s’excluent pas, c’est un monde du « à la fois / à la fois »

Les bouleversements qui en résultent constituent une véritable révolution anthropologique qui concerne tous les domaines: la relation aux savoirs, aux apprentissages, à soi même et aux autres. Et les écrans peuvent être utilisés à chaque fois pour le meilleur comme pour le pire. Nos enfants auront d’autant plus de chance de savoir les utiliser pour le meilleur que nous saurons les introduire auprès d’eux au bon moment et de la bonne façon. C’est le but de la règle « 3-6-9-12 » de fonder cette indispensable diététique des écrans.

Serge Tisseron : Après avoir travaillé sur les traumatismes et leurs répercussions sur plusieurs générations, il travaille actuellement sur nos relations aux technologies numériques. Il a publié une trentaine d’essais et une cinquantaine d’articles scientifiques. Ses livres sont traduits dans onze langues. Il reçu le 6 novembre à Washington un Award de la FOSI (Family Online Safety Institute) , « For Outstanding Achievement » pour l’ensemble de ses travaux sur la famille, les enfants et Internet, et en particulier pour la campagne « 3-6-9-12 » et le site « memoiredescatastrophes.org ». Il a été co rédacteur de l’Avis de l’Académie des sciences, sur « L’enfant et les écrans ». Il est fréquemment sollicité comme expert par les différents ministères.

Derniers ouvrages parus :
3-6-9-12, Apprivoiser les écrans et grandir, eres, 2013
Subjectivation et empathie dans les mondes numériques, (Dir.) Dunod, 2013.

Culture du livre et culture des écrans par Serge Tisseron sur TV 2100


Depuis un siècle, de quelles prospectives les décisions ont-elles été inspirées ?

CONF 21OO N°180,par Thierry Gaudin, http://gaudin.org
Ingénieur Général des Mines, Président de Prospective 21OO

Jeudi 18 décembre 2014

Depuis la seconde guerre mondiale, la prospective est devenue un métier. Néanmoins, on peut se demander si les décisions importantes ont été inspirées par des études prospectives ou par d’autres considérations. Sans même parler d’études, puisque tous les décideurs ont une perception instinctive des enjeux, la question est de comprendre quelles sont les “visions du monde” qui les ont guidées. En observant quelques séquences historiques, il semble que la transition de la civilisation industrielle à la civilisation cognitive ait commencé dans leur esprit après la première guerre mondiale. Néanmoins, malgré le déploiement des études prospectives, leur faculté d’anticipation a été prise en défaut. En témoignent les nombreuses crises économiques et les conflits sans issue qui ont parsemé le dernier siècle. La question que cette conférence tentera de poser est la suivante : comment se fait-il qu’une civilisation si équipée en moyens d’information et de calcul avec sa fluidité des échanges et ses facilités monétaires soit si proche d’un scénario d’effondrement. Il y a à notre avis une cause centrale, sujet de l’exposé et du débat.
De quelles prospectives les décisions du vingtième siècle se sont-elles inspirées ? sur TV 2100


Les astéroïdes, nouvelle frontière de l’exploration et de l’exploitation de l’espace ?

Titre: Conférence 21OO N°163, Organisée en coopération avec le Groupe Régional Ile de France de l’Association Aéronautique et Astronautique de France (3AF IdF) et la Commission Astronautique de l’AERO-CLUB DE FRANCE
Par Alain DUPAS, Président du Club “Espace” de Prospective 21OO

Lieu: EFREI, Villejuif ; Date: 28 mars 2013

Description:
Les astéroïdes ont été au premier plan de l’actualité le 15 février 2013, avec le passage à 28157 km de la Terre de l’objet 2012 DA14 de 45 m de diamètre, et surtout peut-être avec la chute en Russie des débris résultant de la désintégration dans l’atmosphère d’un météorite plus petit, ne faisant que quelques mètres de diamètre, mais suffisant néanmoins pour souffler des fenêtres dans plusieurs localités de la région de Tcheliabinsk, blesser légèrement plusieurs centaines de personnes, et provoquer une véritable panique. Ces événements se sont produits alors même que l’intérêt pour les astéroïdes, en particulier ceux qui sont proches de la Terre en terme d’énergie, s’est beaucoup développé dans la communauté spatiale. Cet intérêt comprend trois aspects :

. la défense planétaire : il s’agit de recenser les astéroïdes qui pourraient entrer en collision avec la Terre, avec des conséquences potentielles dépendant de leurs tailles, pouvant jusqu’à la destruction de notre civilisation, et d’étudier les solutions techniques qui permettraient de prévenir ce type de menace

. l’exploration scientifique de certains astéroïdes, avec des robots mais aussi des astronautes, qui pourraient ainsi préparer des missions encore plus lointaines, en l’occurrence vers les satellites de Mars Deimos et Phobos, et la planète rouge elle-même

. l’exploitation des ressources minérales et volatiles contenues dans les astéroïdes, soit pour une transformation et une utilisation dans l’espace même (métaux, eau, oxygène, molécules carbonées, etc.), soit pour un véritable usage économique sur la Terre (métaux rares).

Les agences spatiales internationales ont de nombreux projets de missions visant certains astéroïdes, allant jusqu’à la capture de petits objets (quelques mètres de diamètre) qui seraient ramenés pour étude autour d’un point de Lagrange du système Terre-Lune, et au-delà à des vols habités vers certains NEA (pour Near Earth Asteroids) Deux sociétés entrepreneuriales américaines, Space Resources et Deep Space Industries, ont par ailleurs été créées ces derniers mois avec comme objectif la prospection et l’exploitation éventuelle des astéroïdes.

Cette conférence fait le point sur ces considérations et ces projets.

Voir la vidéo de cette conférence


L’écosystème Bioraffinerie

Titre: Conférence 21OO N°164
Par Daniel THOMAS, Président de la section biochimie du Conseil National des Universités, Vice Président du Pôle Industries Agroressources, IAR.

Lieu: EFREI,
Date: Jeudi 4 avril 2013

Description:
Le remplacement progressif des produits d’origine fossile par des produits bio-sourcés développera une nouvelle bio-économie et de nouveaux procédés respectant les principes du développement durable. La bioraffinerie industrielle, permettant de valoriser l’ensemble des constituants de la plante, doit se développer selon le principe que chaque coproduit ou déchet peut être considéré comme matière première pour un autre industriel. Les bioraffineries du futur doivent également être conçues selon le principe du métabolisme industriel, c’est-à-dire obtenir un équilibre de l’ensemble des flux à différentes échelles : unité de production, site industriel et territoire. Les bioraffineries doivent être intégrées dans leur zone d’approvisionnement et participer à l’optimisation des ressources (matière, énergie, eau, déchets,…) dans un système circulaire. La bioraffinerie doit être considérée comme le socle d’un « écosystème bioraffinerie » basé sur le métabolisme et l’écologie industriels prenant en considération, de manière élargie, le territoire, les risques industriels et les impacts sociétaux.

Voir la vidéo de cette conférence


L’idée d’Utopie aujourd’hui

Rencontre sur l’Utopie N°39

Description: Par Philippe J. BERNARD– Président du Club Utopie de Prospective 21OO

Lieu: EFREI,
Date: Jeudi 14 Février 2013

On entend souvent parler d’utopie, sans que le sens en soit toujours clair. Forgé en 1516 par Thomas More (lieu de nulle part), invité à répondre à L’éloge de la folie d’Érasme, le mot s’appliquait à une île aux mœurs étranges. Ce n’est qu’aux siècles suivants qu’il a désigné un « ailleurs » qui était aussi un futur, valorisé ou vilipendé.

 Se distinguant de l’idéologie, vue du présent fort généralement dépréciée, l’utopie a affaire à une réalité en train de se faire. C’est dans cet esprit que les Rencontres sur l’utopie, devenues le Club Utopies de Prospective 2100, ont abordé les thèmes de l’utopie démocratique, technologique, écologique, scolaire, féministe, l’utopie de la ville, de la santé parfaite, de la justice, de l’intégration, du capitalisme. Plus ou moins présente dans ces visions, l’utopie moderne assure que les hommes ont des droits que la société reconnaît.

Parler d’utopie signifie également faire référence au pouvoir des idées partagées comme source de l’évolution sociale. En regard des changements sociaux et culturels, la constitution physique des hommes ne se modifie que marginalement. Mais les humains sont des êtres pensants, et face à la variété des évènements qui les affectent, ces changements peuvent être tenus pour le produit de sentiments et d’idées transmis des uns aux autres.

La vidéo de cette conférence


La nouvelle approche de la NASA pour l’accès à l’orbite basse

Par Gilles RAGAIN (CNES) et Alain DUPAS (Consultant)

Organisée par l’Association Aéronautique et Astronautique de France (3AF)
en association avec Prospective 2100
CONF 21OO N°159 –

accès à la vidéo de cette conférence

Description:
Lieu: CNES – Salle de l’Espace – 2, place Maurice Quentin – 75001 Paris – Métro : Châtelet les Halles
Date: Jeudi 24 janvier 2013
Heure début: 18:00
Inscription : Entrée gratuite – Inscriptions auprès du Groupe Île-de-France de l’Association Aéronautique et Astronautique de France (3AF): Email: moc.l1563849204iamg@1563849204fdi.f1563849204a31563849204 ou Tél: 01-80-38-62-01

Pour les futurs services logistiques de transport de fret et d’équipage en orbite basse, la NASA a retenu une nouvelle approche commerciale au travers des programmes COTS-CRS (Commercial Orbital Transportation Services – Cargo Resupply Services) et maintenant CCP (Commercial Crew Program).

Gilles Ragain et Alain Dupas nous présenteront les changement apportés par cette nouvelle approche. Il nous expliqueront comment les acteurs industriels concernés par ces programmes (Space-X, Orbital, Sierra Nevada, Boeing, etc.) répondent à ce défi du “low-cost” spatial, fondamental pour l’avenir, ainsi que les leçons que l’Europe pourrait en tirer.

Gilles Ragain est responsable de l’équipe Stratégie, Prospective et relation avec les ministères au sein de la Direction de la Stratégie, des Programmes et des Relations Internationales du CNES (DSP).

Alain Dupas est physicien, auteur, et consultant sur l’espace et les nouvelles technologies.