Tous les articles par Nathalie Deschamps-Djermoune


Les Apports de l’Art à la Prospective

CONF 21OO N°158 –
organisée en coopération avec la Société Européenne de l’Internet (SEI)

Accès à la vidéo de cette conférence

 

Description:  Par Pierre Berger – Artiste et critique d’art numérique – www.diccan.com

Lieu: EFREI, 30-32 Avenue de la République, 94 800 Villejuif – Métro : Villejuif-Louis Aragon – Ligne 7 – Parking : Villejuif-Louis Aragon, 172, Boulevard Maxime Gorki, 94 800, Villejuif
Date: Jeudi 17 Janvier 2013
Heure début: 17:30

Les artistes contribuent de deux manières à la prospective : par les avenirs possibles qu’ils décrivent et par les technologies qu’ils mettent en œuvre.

C’est presque toujours de manière technophobe qu’ils voient l’avenir : ils se font un devoir d’alerter le public sur les menaces plutôt que nourrir des espoirs de lendemains qui chantent. Ils y sont d’ailleurs contraints par deux obstacles :

– la difficulté de prévisions techniques « sérieuses » les rabat sur la “fantaisie” ou la magie ; depuis peu la « singularité » réoriente leur inspiration vers des vues moins irréalistes ;

– l’incapacité à imaginer des psychologies, des sociologies et des régimes politiques plus avancés que les nôtres les enferme dans des schémas narratifs très classiques.

Quant aux technologies avancées, ils sont souvent les premiers à les utiliser ou à les détourner à leurs fins, pratiquant ainsi une sorte de prospective expérimentale.

Ils se voient aujourd’hui entrainés, bon gré mal gré, dans une implosion : tous les arts tendent à se fondre dans le « transmédia ». Et cette convergence rebondit dans une nouvelle diversification des genres, des ontologies… et des modèles économiques.

Remis en cause par les complexités et les incertitudes de ces formes d’expression, les artistes se voient ainsi poussés aux avant-postes dans l’exploration des univers où nous conduisent la globalisation et la digitalisation.

 


Santé au futur : médecine, technologie, humanisme ?

Conférence 21OO N°157 –

Pour visionner la vidéo de cette conférence

Description: par Robert Picard* et Antoine Vial* : Co-Présidents du Club « Solidarité-Santé » de Prospective 21OO
* R. Picard – Ingénieur Général des Mines, Référent Santé au CGEIET
* A. Vial – Expert en Santé publique 

Lieu: Télécom Paris Tech, 43 Rue Barrault, 75013 Paris – Métro : Corvisart – ligne 6
Date: Jeudi 20 décembre 2012
Heure début: 17:30

En ce début de siècle, le vieillissement des populations, les limites des systèmes de financements solidaires de la santé focalisent l’attention des médias et du public. Pourtant, la santé est aussi, au plan mondial, le siège de transformations radicales du fait de l’essor des technologies et de la diffusion des connaissances médicales. Ces évolutions portent en germe des relations nouvelles entre les citoyens, les consommateurs, les professionnels, l’économie, la société et les systèmes de santé.

La France, longtemps citée en référence par l’excellence de son système de santé, semble démunie devant ces transformations, et comme tétanisée par les succès passés de sa médecine et de son industrie du médicament. Dès lors, il est légitime de se demander comment aborder de façon nouvelle, détachée des obstacles du court terme et de la crise, le devenir de la santé du 21ème siècle.

Tel est l’enjeu du nouveau club « Santé-Solidarité » de Prospective 2100, dont les axes de réflexions envisagés seront proposés et discutés le 20 décembre prochain.


Humanité et fragmentation à l’âge global

Conférence 21OO N°156, Organisée en coopération avec la Mission Prospective Délégation au Développement Durable, CGDD, Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie

Description: par Jérôme Bindé, Membre du Club de Rome, ancien Sous-Directeur Général Adjoint pour les Sciences Sociales et Humaines et Directeur du Bureau de la Prospective à l’UNESCO

Lieu: Maison de la Chimie – Salle 269 – 28, Rue Saint Dominique, 75 007 Paris

Heure début: 17:30

Les mondialisations qui ont précédé celle qui remodèle le monde depuis plusieurs décennies ont toujours tendu à unifier le monde, sur un mode impérial et hégémonique.

La nouvelle vague de mondialisation qui restructure la planète depuis la troisième révolution industrielle, celle de l’information et de l’informatique, diffère profondément des phases de mondialisation qui ont affecté le monde depuis l’antiquité et les voyages de découverte.

Certes elle crée des liens. La logique des réseaux, notamment financiers et virtuels, supplante celle des territoires. Cependant, la nouvelle mondialisation fragmente profondément l’humanité. Son espace a des caractères précis : homogénéité, fragmentation, hiérarchisation. En ce sens, la mondialisation remet en cause l’universel. Elle semble dissoudre la société, et multiplie entre les nations et en leur sein les processus d’ « appariements sélectifs » et donc de séparation, qui travaillent désormais l’économie, l’identité nationale, la structure familiale, l’éducation, le travail et la ville.

L’humanité est aussi profondément fragmentée en profondeur à l’âge global. La mondialisation exerce d’abord une puissante action dissolvante sur les empires multiculturels en crise, hérités de l’histoire, et sur les constructions politiques régionales, comme l’Union européenne. Elle favorise aussi l’essor de quasi-Etats privés, les grandes firmes transnationales.

Elle travaille aussi de manière complexe l’espace étatique mondial. Elle renforce les super-Etats-nations ( Etats Unis, BRICS, etc.), qui sont les principaux bénéficiaires de la mondialisation avec les marchés financiers et les firmes transnationales. Mais elle affaiblit les Etats nations faibles ou déclinants, ainsi que les Etats nations qui ne le sont que nominalement, menaçant de fragmentation la plupart des Etats profondément affectés par des divisions ethniques, religieuses ou même économiques.

La mondialisation  fait enfin décliner la démocratie, alors même que celle-ci paraissait avoir gagné du terrain après la fin de la guerre froide.

La mondialisation actuelle fragmente enfin le monde qu’elle était supposée unir, en renforçant la crise du multilatéralisme et du système des Nations Unies, et celle de la « global governance », éloignant ainsi la perspective d’une gestion concertée des problèmes mondiaux et d ‘une résolution de la crise de surconsommation des ressources évoquée voici déjà quarante ans dans le rapport au Club de Rome Limits to growth.

Trois scénarios prospectifs principaux seront évoqués pour conclure, avec diverses variantes.

Pour visionner la conférence, cliquer ICI


Soirée 21OO – Conférence Exceptionnelle – Prospective Energétique

Titre: Prospective Energétique
Description:  par Anne LAUVERGEON, Présidente d’A2i, Agir pour l’Insertion dans l’Industrie,
Discutant : Jérôme BINDÉ, Ancien Directeur de la division de l’anticipation
et des études prospectives à l’Unesco
Voir la vidéo de cette conférence

Lieu: Académie d’Agriculture de France – 18, Rue de Bellechasse – 75 007 Paris
Heure début: 18:00
Date: 2012-06-28


L’avenir des Micro Algues

Titre: L’avenir des Micro Algues
Description: Par Claude GUDIN, Biologiste. (Conférence 21OO N°155)

Les microalgues ont des cycles de croissance plus rapides que ceux des plantes supérieures, ce qui nous incite à les mettre en culture. Mais c’est leur culture qui pose problème. Faut-il les cultiver par photosynthèse, en lagunes ou en photoréacteurs ? Dans ces conditions, les concentrations en biomasse sont assez faibles. On peut les cultiver en hétérotrophie dans des fermenteurs pour obtenir des biomasses plus abondantes mais la composition chimique n’est pas la même. L’autre moyen consiste à ajouter des sucres dans les photoréacteurs ou de la lumière dans les fermenteurs et faire de la mixotrophie. La question étant de choisir entre une biomasse huileuse pour faire de l’énergie ou une biomasse à hydrocarbures pour faire de la chimie. Dans tous les cas, le problème majeur est d’utiliser le moins d’eau possible.

L’immobilisation des algues sur des supports solides répond à cet impératif. Des études sur la physiologie des microalgues aideront à choisir dans l’avenir.

  •  À paraître prochainement chez Odile Jacob « Une histoire naturelle des microalgues » par Claude Gudin.

Date: 26 Juin 2012 Lieu: ISEP – 28, rue Notre Dame des Champs – Paris 6ème Heure début: 17:30

Voir la vidéo de cette conférence

 


Internet, une utopie en miettes ?

Conférence 21OO N° 154, par Dominique Lacroix, présidente de la Société européenne de l’Internet
Mardi 19 juin 2012 à 17 h 30, à l’ISEP – 28, rue Notre-Dame-des-Champs – Paris 6e

L’organisation mondiale des adresses Internet repose sur un petit fichier, la racine, qui, comme chacun l’ignore, est sous le contrôle du Department of commerce à Washington. Ce fichier comporte une sorte de carte, liste qui fait correspondre à chacun des quelques 200 noms de domaines de premier niveau (dits TLD pour Top Level Domain, par exemple .com, .org, .fr, .us, .eu etc.) une adresse informatique numérique qui permet l’acheminement des données.

Plusieurs faits récents laissent penser que cette cartographie du réseau des réseaux sera un souvenir historique à l’horizon 2025.

De fortes tendances à la réorganisation sont à l’œuvre en plusieurs endroits du monde, parfois non coordonnées, voire antagonistes. L’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers) elle-même, qui définit la politique du nommage de l’Internet contrôlé par les USA, annonce le décuplement des TLD. Mais les USA peineront à endiguer d’autres initiatives, en Asie, en Russie ou au Moyen-Orient, qui visent à s’affranchir du contrôle états-unien. Et, dans l’empire même de l’écriture latine, en Europe ou en Amérique du Nord, des projets qualifiés de termes péjoratifs comme “alternatifs” ou “pirates” fourbissent leurs armes.

La boîte de Pandore bientôt ouverte, le cyberespace va encore donner une occasion à l’espèce humaine de choisir entre guerres de conquête et coopération raisonnable. Une bonne dizaine d’années semble un délai minimum pour – éventuellement – opérer les bons choix.

Mardi 19 juin 2012 à 17 h 30, à l’ISEP – 28, rue Notre-Dame-des-Champs – Paris 6e
Métro : Notre-Dame-des-Champs
Parking FNAC : 153bis, rue de Rennes

Voir la vidéo de cette conférence


Prospective et Recherche : une relation tumultueuse. L’exemple d’Agrimonde

Titre: Prospective et Recherche : une relation tumultueuse. L’exemple d’Agrimonde
Lieu: ISEP
Description: Par Sandrine PAILLARD, Coordinatrice scientifique pour la programmation, Agence nationale de la recherche.
 (Conférence 21OO N°151)  vidéo Agrimonde par Sandrine Paillard

La prospective CIRAD-INRA Agrimonde s’est attachée à explorer les futurs possibles des agricultures et alimentations du monde à l’horizon 2050 pour éclairer les enjeux de sécurité alimentaire et de développement durable. Cet exercice, qui a rendu ses conclusions fin 2008, a eu un impact significatif à la fois sur la programmation des deux institutions et sur le débat scientifique et politique relatif à la sécurité alimentaire. Sandrine Paillard, qui a animé l’équipe projet en charge de cette étude alors qu’elle était responsable de l’unité prospective de l’INRA, a souhaité prendre du recul sur cet exercice, son déroulement et ses effets, en s’interrogeant sur la place de la prospective dans une institution de recherche. A l’interface science – société, la prospective telle qu’elle est conduite dans une institution de recherche est en permanence en tension entre des objectifs scientifiques et des objectifs sociétaux. Cette tension, si elle peut se révéler très fructueuse, porte aussi le risque de transformer la prospective en un simple outil de communication interne et externe. Pour faire face à ce risque, Sandrine Paillard propose d’ancrer davantage la prospective dans la recherche, que ce soit en termes de méthodologie et d’expertise mobilisées ou en termes de gouvernance.

Date: 22 Mai 2012
Lieu: ISEP – 28, rue Notre Dame des Champs – Paris 6ème
Heure début: 17:30

vidéo Sandrine Paillard Agrimonde

 


Les Sciences cognitives peuvent-elles aider la Prospective ?

Titre: Les Sciences cognitives peuvent-elles aider la Prospective ?
Lieu: ISEP
Description: Par Thierry GAUDIN, Président de Prospective 21OO, Ingénieur Général des Mines, Docteur en Sciences de l’Information et de la Communication.
(Conférence 21OO N°152)

En observant les trois modalités de la reconnaissance : le constat (les faits d’observation), les sentiments (les différents modes de l’affectivité et du relationnel) et la conceptualisation, l’approche cognitiviste permet de relativiser et de positionner les représentations que les humains produisent de l’avenir.

Comme la pensée est par essence anticipatrice, il faut faire entrer dans le champ de l’examen toutes les représentations que les humains se font de l’avenir, y compris celles des religions et des différents travaux sur les symboles.

Cette démarche n’était pas absente de l’élaboration de « 2100, récit du prochain siècle », mais elle n’était pas affichée, de crainte que cela nuise à la crédibilité du travail aux yeux des lecteurs rationalistes. Il est temps maintenant d’expliquer clairement en quoi consistent ces recherches, sur quelles observations elles s’appuient et quelle confiance on peut leur accorder.

Date: 6 juin 2012
Lieu: ISEP – 28, rue Notre Dame des Champs – Paris 6ème
Heure début: 17:30
Voir la vidéo de cette conférence

 


La Mondialisation de l’Education

Titre: La Mondialisation de l’Education
Lieu: ISEP
Description: Par François De Jouvenel, Directeur d’Etudes de Futuribles – Historien de formation et prospectiviste de profession, François de Jouvenel a récemment dirigé une étude sur l’éducation à l’horizon 2025 (disponible sur le site de Futuribles, www.futuribles.com <http://www.futuribles.com ).
(Conférence 21OO N°153 – organisée en association avec la SEE et Futuribles International)

Croissance forte du nombre d’étudiants internationaux, mobilité accrue des enseignants du supérieur et des chercheurs, multiplication des classements internationaux des établissements, européanisation des cursus, mobilité des établissements qui développent des franchises ou montent des filiales à l’étranger : l’internationalisation de l’enseignement supérieur, si elle ne concerne encore qu’une minorité d’étudiants, est en cours.

Aux autres niveaux scolaires, la mobilité des personnes est moins forte ; plus prégnant y est aussi l’esprit « national ». Néanmoins, les évaluations comparatives (tests PISA et autres), le benchmark permanent et la quête de « ce qui marche » (what works) sont les moteurs d’une homogénéisation discrète des pratiques.

Enfin, l’essor des technologies de l’information et de la communication ouvre la voie à de nouveaux espaces et à de nouvelles pratiques d’apprentissage largement déconnectés des territoires.  Créée en 2006, la Khan Academy affirme ainsi avoir délivré gratuitement plus de 130 millions de cours à des étudiants du monde entier…

Date: 12 Juin 2012
Lieu: ISEP – 28, rue Notre Dame des Champs – Paris 6ème
Heure début: 17:30

Voir la vidéo de cette conférence

 


Apogeios : dix mille habitants dans l’espace…

(CONFERENCE 21OO N°150
voir la vidéo de la conférence ici)
COnférence organisée en association avec la SEE
et le Groupe Ile de France de la 3AF

par Pierre MARX,

ancien Directeur de la prospective du CNES

et Olivier BOISARD,
ingénieur conseil, Professeur à l’Ecole Centrale de Lille


Inspirée des “îles spatiales” imaginées, dans les années 70,
par l’ingénieur et chercheur américain Gérard K. O’Neill,
Apogeios est un concept d’une cité de 10000 habitants
située au point de Lagrange n° 5 du système Terre-Lune.

Construite par des robots avec des matériaux extraterrestres, protégée du rayonnement galactique et du vent solaire, Apogeios offre à ses habitants le confort d’une vraie cité et un espace socioculturel inédit. Le soleil lui fournit toute l’énergie nécessaire et apporte chaleur et lumière aux serres qui nourrissent ses habitants.

Certes, y vivre en bonne intelligence et loin de la planète-mère n’ira pas de soi. Mais ces premiers “Spatiens” auront la foi des pionniers. Ils construiront les cités suivantes, dans l’Espace ou sur le sol d’autres corps célestes.  Petit à petit, l’Humanité colonisera le système solaire jusqu’à ses confins…avant le grand saut.

Un jour, nous partirons,… Le temps n’est pas encore venu mais ce n’est plus de la Science-fiction. C’est un futur possible qu’autorise d’ores et déjà la technologie spatiale d’aujourd’hui.

Les auteurs ont reçu le prix 2011 “Architecture, Technologie et Design de l’Espace” décerné par la Fondation Jacques Rougerie de l’Institut de France (Académie des Beaux-Arts).

 

Date: 3 Avril 2012
Lieu: ISEP – 28, rue Notre Dame des Champs – Paris 6ème
Heure début: 17:30

Voir la vidéo de cette conférence