Tous les articles par Nathalie Deschamps-Djermoune


L’avenir en question, Changer pour survivre

Titre: L’avenir en question, Changer pour survivre
Lieu: ISEP
Description: Conférence 21OO N°134
L’avenir en question, Changer pour survivre

par
Alexandre Rojey *,

Ancien Directeur du Développement Durable à l’IFP
Animateur du « Think Tank » IDées, Fondation Tuck
Professeur IFP School

Notre conférencier présentera un essai de réflexion prospective portant sur les défis auxquels l’humanité est confrontée : épuisement des ressources, réchauffement climatique, crise économique. Il présentera des solutions pour préserver les ressources et l’environnement, tout en poursuivant l’évolution vers un monde de plus en plus interconnecté et complexe. Une transition globale doit être engagée, impliquant de profonds changements dans l’économie et les modes de vie. L’innovation et la créativité constituent des atouts essentiels pour réussir cette transition et échapper ainsi à l’effondrement qui nous menace.

* Alexandre Rojey a publié fin janvier 2011 l’ouvrage : L’Avenir en question, Changer pour survivre, chez Armand Colin,
Heure début: 17:30
Date: 2011-05-04


Construire et mesurer la responsabilité sociétale – Quelle contribution de la norme ISO 26000 ?

Titre: Construire et mesurer la responsabilité sociétale Quelle contribution de la norme ISO 26000 ? par Alan Bryden
Lieu: ISEP
Date et heure Mercredi 25 mai 2011, 17 h 30
Description: Conférence 21OO N°136 – Organisée en coopération avec METRODIFF

Construire et mesurer la responsabilité sociétale
Quelle contribution de la norme ISO 26000 ?
par Alan Bryden
Ingénieur Général des Mines
ancien Secrétaire Général de l’ISO (2003-2009)

Voir la vidéo de cette conférence

Plusieurs documents sont liés à cette conférence :

  • Video
  • Diaporama
  • Photos
  • Ci-dessous la note de présentation par Alan Bryden

Présentation par Alan Bryden

La mondialisation s’étend à un nombre croissant de sujets qui impactent la conduite des organisations et l’exercice de leurs activités : la globalisation des échanges, portée par la structuration des chaînes logistiques mondiales, le commerce électronique et l’abaissement des barrières douanières ; le développement exponentiel et sans frontières des technologies de l’information, et l’émergence des « réseaux sociaux » ; la perception que nombre de défis auxquels doit répondre l’humanité en ce XXIe siècle ne peuvent avoir de réponses que collectives, donc internationales, sauf à engendrer des conflits violents ou à mettre en péril l’intégrité de la planète et  les générations futures : changement climatique, avec l’ardente obligation de mieux gérer l’utilisation des ressources naturelles de tous ordres, notamment l’énergie, l’eau ou les ressources minières et l’impact des activités humaines sur l’environnement, lutte contre les épidémies ou le terrorisme, qui ne connaissent pas de frontières ; éradication de la pauvreté et des discriminations, au centre des « objectifs de développement du millénaire » fixés par l’ONU au début du siècle.

C’est dans ce contexte que, depuis une quinzaine d’année, la « responsabilité sociale» et le « développement durable » sont apparus sur les écrans radar des gouvernements, des entreprises et des autres acteurs de la société. Des dizaines de référentiels ont été développés et promus, amenant une certaine cacophonie, perceptible aussi bien par les consommateurs et les citoyens, exposés à des revendications en la matière, que pour les entreprises qui, spontanément ou sous la pression, cherchent comment intégrer ces concepts dans leur mode de management. Il a fallu six ans pour arriver à un consensus pour préciser dans un document normatif international « les lignes directrices pour la responsabilité sociétale », qui sont destinées à s’appliquer à tout type d’organisation. Mais cette durée de gestation a permis que le document résultant, la norme ISO 26000 s’appuie sur les contributions convergentes de toutes les « parties prenantes », à travers la participation d’une centaine de pays et d’une quarantaine d’organisations internationales : elle constitue de ce fait le référentiel de base sur cette thématique, reliée directement au concept de « développement durable ».

La présentation s’attachera à rappeler la genèse de cette norme, à en souligner les grandes caractéristiques et à évoquer comment, et à quelles conditions, son déploiement pourrait effectivement contribuer à répondre aux défis de ce siècle pour concilier croissance économique, intégrité environnementale et équité sociale.

Éléments de bibliographie par Alan Bryden :


La place de la biomasse dans les bouquets énergétiques du futur

Titre: La place de la biomasse dans les bouquets énergétiques du futur
Lieu: ISEP
Description: Conférence 21OO N°135

La place de la biomasse dans les bouquets énergétiques du futur

par
Henry-Hervé Bichat
Président du Club “Jardin Planétaire” de Prospective 21OO

L’accident provoqué dans la centrale nucléaire de Fukushima par le récent tremblement de terre qui a ravagé la côte NE du Japon repose la question de la place des énergies renouvelables dans les bouquets énergétiques du futur, et tout particulièrement celle de la biomasse.

En 2000, l’Agence internationale de l’énergie évalue celle-ci à environ 10% de l’énergie primaire produite sur la planète. Les ressources forestières y jouent un rôle majeur, notamment dans les pays du Sud.

Dans le cadre des réflexions conduites au sein de l’Atelier Énergies 2100, animé par le Professeur Jean-Louis Bobin, un exercice de prospective a été tenté pour répondre à la question suivante : compte tenu du doublement attendu des consommations énergétiques mondiales d’ici 2050, est ce que la biomasse pourra maintenir sa place actuelle dans les bouquets énergétiques du futur ? Est-il même envisageable que celle-ci augmente pour se substituer en partie au déclin attendu des ressources pétrolières ?

Il est naturellement très difficile de faire des prospectives sur une si longue durée. Mais les données disponibles conduisent à être très prudents dans les réponses à apporter à ces questions fondamentales pour l’avenir de l’Humanité :
• oui, la biomasse devrait pouvoir maintenir sa place dans les bouquets énergétiques du futur, mais avec une ventilation traduisant une part moins importante des ressources provenant directement des zones boisées,
• mais il sera difficile d’aller au de-là, en l’absence de systèmes d’exploitation intensifs et durables des ressources des écosystèmes terrestres et marins qui restent à mettre au point (concept de la Révolution doublement verte).

Heure début: 17:30
Date: 2001-05-11


Les signaux faibles, première étape d’une prospective dynamique

Titre: Les signaux faibles, première étape d’une prospective dynamique par Philippe Cahen *
Lieu: ISEP
Description: Conférence 21OO N°137

Prospectiviste, Conseil en signaux faibles et scénarios dynamiques

Notre conférencier présentera une méthode de prospective « autre », fondée sur la curiosité et l’intuition alors que la méthode classique pratiquée en France se fonde sur l’analyse du passé. Il expliquera en quoi le fait de faire sortir l’entreprise de son système, réseau et références de pensée habituels enrichit sa réactivité et sa créativité. Il exposera des cas récents et notamment sur un marché déterminé expliquera et comparera les entreprises dites 2D, 3D et 4D.

Il terminera sa conférence sur un recueil de signaux faibles du moment et les scénarios dynamiques que l’on peut en imaginer. Il sera heureux de répondre aux questions que vous ne manquerez pas de lui poser concernant une méthode pas nécessairement a priori rassurante quant à ses résultats.

voir la vidéo de la conférence

* Philippe Cahen a publié en décembre 2010 l’ouvrage « Signaux faibles, mode d’emploi »  chez Eyrolles.

Heure début: 17:30
Date: 2011-06-08


Avenir des sociétés contemporaines

Titre: Table Ronde : “Avenir des sociétés contemporaines”, animée par Philippe J. Bernard
Lieu : Centre d’analyse stratégique, Salle Guillaumat, 18 rue de Martignac, 75007 Paris
Date: 5 Avril 2011 de 9 h 30 à 13 h 30

VidéoL’enregistrement vidéo de la table ronde est disponible sur TV 2100. Suivez ce lien : Avenir des sociétés contemporaines.

Comment, d’ici 15 à 20 ans, les relations s’établissant entre les humains permettront-elles de remplacer l’exploitation des ressources de la terre par l’attitude d’un jardinier, de redéfinir le système économique et financier, et d’assurer les moyens juridiques de la sécurité de tous ?

Participants

  • Philippe J. Bernard

Docteur ès Sciences économiques et docteur ès lettres, ancien Président du Département Humanités Sciences Sociales à l’École Polytechnique, auteur de Le Pouvoir des idées, président du club « Utopies », association Prospective 2100.

  • Thierry Gaudin

Ingénieur Général des Mines, Docteur en Sciences de l’information et de la Communication, auteur de : 2100, récit du prochain siècle2100, Odyssée de l’Espèce, L’Écoute des silences, Les Institutions contre l’innovation, Le Monde en 2025 (Commission européenne),… Président de Prospective 21OO,

  • Susan George

Américaine de naissance. Présidente honoraire d’ATTAC France (Association pour la taxation des transactions financières et l’aide aux citoyens), Présidente du Conseil du Transnational Institute, Amsterdam, auteur de 14 livres : Le Rapport Lugano, La Pensée enchaînée, Comment les droites laïque et religieuse se sont emparées de l’Amérique, Leurs crises, Nos solutions, ….

  • Stéphane Hessel

Ancien élève de l’École Normale Supérieure, Ambassadeur de France, collaborateur de l’équipe qui a mis au point la Déclaration universelle des droits de l’homme, ancien président du Club Jean Moulin, auteur de Indignez-vous ! et de Engagez-vous !

  • André Orléan

Directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, Président de l’Association Française d’Économie Politique, Auteur de Le Pouvoir de la finance et de De l’euphorie à la panique : Penser la crise financière.

Voir la vidéo de cette matinée rue de Martignac


La Perspective numérique

Lieu: ISEP
Heure début: 17:30
Date: 2011-03-30

Conférence 2100 numéro 131, en partenariat avec la Société européenne de l’Internet

Prospective de la perspective numérique
par Olivier Auber, artiste chercheur dans le domaine des réseaux,
vice-président de la Société européenne de l’Internet,

http://perspective-numerique.net et http://km2.net

Présentation :
L’exercice consiste à examiner les termes de la conjecture suivante : avec l’irruption des réseaux et du numérique, nous serions en train de construire, et de nous acculturer à -, deux nouvelles « perspectives », non plus visuelles, mais « anoptiques », c’est à dire non-optiques, en rupture avec la perspective spatiale qui constitue notre modèle de représentation majeur depuis la Renaissance…
Ces deux perspectives, dites « temporelle » et « numérique », particulièrement prégnantes dans les systèmes synchrones tels Twitter, Facebook, Skype, etc, seraient en passe de devenir le filtre majeur des jugements communs (doxa) que nous portons sur les réseaux. A notre insu, elles orienteraient déjà nos achats et nos usages en matière de téléphonie mobile, de jeux vidéo, d’énergie ou de service bancaire… Par contagion, à l’instar de la propagation dans les esprits du modèle de la perspective spatiale à la Renaissance, elles influenceraient bientôt nos jugements sur l’ensemble des objets techniques : l’automobile, la ville, l’architecture, les produits alimentaires, les médicaments, les prothèses du corps, etc. L’irruption de ces perspectives anoptiques constituerait donc un véritable changement de paradigme en matière d’imaginaire de la technique. Une conséquence sans doute positive serait que la doxa actuelle, souvent construite par désir mimétique, laisserait la place à une certaine connaissance conceptuelle (dianoia) de la manière dont la doxa elle-même se forme et s’exerce sur nous. Cela ne serait pas sans conséquence, aussi dans le champ économique et politique…
Lors de cette réunion, j’ai essayé de partager certaines clefs de compréhension de la nature de ces perspectives et de leur impact sur les imaginaires. Plutôt que tenter de prévoir les conséquences qu’elles induiront dans tous les champs de l’activité humaine, et de tenter prudemment de montrer comment elles pourraient fournir un ensemble d’outils conceptuels simples pour imaginer et construire dans le futur. Car à mon sens, que nous soyons scientifique, designer, industriel, politique, ou simple honnête homme, nous pourrions tous être bientôt transformés en « nouveaux perspecteurs »


L’Internet des objets

Lieu: ISEP
Heure début: 17:30
Date: 2011-04-06

Conférence 2100 numéro 132, en partenariat avec la Société européenne de l’Internet
par Philippe Gautier,
Directeur général de Business2Any,
www.business2any.com

La généralisation des technologies sensorielles (RFID, GPS, NFC…) et de mobilité (3G, M2M…) ouvrent un champ immense pour des applications d’un nouveau type qui intègrent les « objets intelligents ». Internet, aujourd’hui omniprésent, permet en effet de doter les objets inertes d’un « double informatique virtuel » contenant leur intelligence et de les transformer en véritables acteurs des chaînes de valeur ou des processus dans lesquels ils sont engagés, ainsi que de communiquer avec leur entourage. Les objets deviennent ainsi capables de prendre des décisions dans la conduite des processus, piloter leur propre comportement ou assister leurs utilisateurs.

Dans l’Internet des objets, les acteurs des chaînes de valeur sont désormais les humains, les systèmes informatiques, les organisations… et les objets !
Cette présentation vous permettra de comprendre les enjeux et anticiper les révolutions à venir.

Inscription nécessaire par mail () ou par courrier (CONF 21OO N°132 – Annonce et Bulletin d’inscription au format pdf, cliquer ici !)


La Photosynthèse, perspectives futures

Titre: La Photosynthèse, perspectives futures, par Paul MATHIS
Lieu: ISEP
Description: Conférence 21OO N° 133
La Photosynthèse végétale
Un modèle prospectif pour l’utilisation efficace de l’énergie solaire ?
par Paul Mathis, Ancien Président du Comité international de photosynthèse

La photosynthèse, effectuée par les végétaux et par certaines bactéries, est une conversion de l’énergie solaire en énergie chimique : des biomolécules sont synthétisées à partir de CO2 et de l’oxygène est formé à partir de l’eau. Ce processus biologique offre l’avantage de produire une énergie de stock, qui peut être obtenue presque partout, pour pas cher car la machinerie est autofabriquée par les organismes vivants. Par ailleurs, les produits peuvent répondre à des besoins multiples (nourriture, matériaux, etc.). Il y a toutefois plusieurs limitations car la productivité annuelle par unité de surface est faible et sensible à des facteurs souvent mal contrôlables comme la température, l’eau, les maladies.

Suivant les principes de la photosynthèse naturelle, peut-on faire mieux avec l’énergie solaire ? Deux pistes seront abordées, dans une visée à très long terme.

Améliorer la photosynthèse. Trois voies seront discutées :

Une meilleure productivité au champ, grâce aux techniques classiques d’amélioration des plantes ou au génie génétique visant à améliorer le rendement du processus de photosynthèse.
L’obtention de produits mieux adaptés à la demande humaine, par exemple en matière de carburant.
La culture de microalgues, à forte productivité annuelle par unité de surface.

Effectuer une photosynthèse artificielle, en prenant les systèmes biologiques comme des modèles dont peuvent s’inspirer les chimistes.

La synthèse de systèmes biomimétiques, effectuée avec l’objectif de produire de l’hydrogène ou du méthanol, comme carburants.
La chimie bio-inspirée pour la réalisation de catalyseurs efficaces et bon marché pour des piles à combustibles et pour l’électrolyse de l’eau.

Inscription nécessaire par mail () ou par courrier (CONF 21OO N°133 – Annonce et Bulletin d’inscription au format pdf : cliquer ici !)

Date et Heure: 27 Avril 2011 à 17H30


Le Nouveau France – Navires de demain

Conférence 2100, n° 130
Conférence présidée par M. Jacques Rougerie,
Membre de l’Institut, Président du Club « Cités Marines »

Par Didier SPADE
Président Directeur Général de Seine Alliance

Lieu :ISEP- 28, rue Notre Dame des Champs – Paris 6ème
Métro : Notre Dame des Champs
Parking FNAC: 153 bis Rue de Rennes

Date : Mercredi 23 Mars 2011
Heure début : 17h30

Inscription nécessaire par mail () ou par courrier (CONF 21OO N°130 – Annonce et Bulletin d’inscription au format pdf : cliquez ici !)

Description :
Le projet de construction du nouveau paquebot France n’est pas l’émanation du comité stratégique d’un grand groupe; il s’agit d’une idée spontanée, venue d’un entrepreneur qui s’est spécialisé dans ce qu’il aime faire: construire et exploiter des bateaux. L’histoire a commencé dans les années 20 Continuer la lecture de Le Nouveau France – Navires de demain