Thèses

Sibylle Duhautois et François Briens lauréats des premiers Prix de thèses de prospective

Sibylle Duhautois (Sciences Po), en Histoire et théorie de la prospective, et François Briens (Mines ParisTech), en Méthodes et applications de la prospective, sont les lauréats de la première édition des Prix de thèses de prospective organisés par la Fondation 2100.

Histoire et théorie de la prospective

Chercheure associée au Centre d’Histoire de Sciences Po, agrégée d’Histoire (2013) et titulaire d’un Master en Recherche de Sciences Po, Sibylle Duhautois a soutenu sa thèse en 2017, sous la direction de Jenny Andersson. Elle a été coordinatrice scientifique du projet de recherche européen (ERC) Futurepol (2015-2017 et a passé l’année académique 2016-2017 à Harvard comme doctorante Fulbright, affiliée à la Weatherhead Initiative on Global History.

Sa thèse a pour titre « Un destin commun ? Études sur le futur dans les organisations internationales et formation d’une conscience globale pendant la guerre froide (1945 – 1989) ». Elle répond notamment à une question fondamentale que se posent les prospectivistes : leurs travaux sont-ils entendus, compris, utilisés ?

Sur la base des travaux menés de 1945 à 1989 dans les organisations onusiennes, Sibylle Duhautois montre comment, pendant la guerre froide, les études sur le futur ont contribué à faire émerger une conscience globale à l’égard des problèmes mondiaux. Ce travail de référence montre qu’au-delà du dépassement des doctrines, la réflexion prospective est en premier lieu un élargissement de la conscience, un « sentiment d’appartenance à une communauté humaine unique partageant un destin commun ».

Sur le plan de la pertinence pour la prospective, cette thèse renouvelle la perception des études sur le futur, analysées comme une grille de lecture humaniste des problématiques mondiales. Elle montre la réalité des liens qui existent entre la réflexion prospective et l’élaboration des politiques publiques en matière de coopération internationale. Elle montre également comment les réflexions prospectives évoluent vers la problématique Nord-Sud, puis vers le Nouvel ordre international, et plus généralement celle de l’environnement et du développement.

Cette thèse permet de formaliser, du point de vue de l’histoire des idées, l’influence des travaux de prospective dans la prise en compte des problèmes mondiaux. Si la paix et le développement se traduisent dans des négociations et des traités, ils sont surtout la conséquence d’un travail obstiné – enfin documenté grâce à Sibylle Duhautois – d’un certain nombre de réseaux et personnalités qui ont tenté de penser l’Homme du futur.

Mention Lauréate – Citée par le Jury

Chloé Vidal, « La prospective territoriale dans tous ses états. Rationalités, savoirs et pratiques (1957-2014) », École Normale Supérieure de Lyon, 2015. Sous la direction de Michel Lussault.

Méthodes et applications de la prospective 

Analyste en politiques énergétiques au sein de l’Agence internationale de l’Énergie, ancien élève de l’Institut National des Sciences Appliquées (INSA) de Lyon, diplômé en Génie Mécanique Conception (2005-2010), François Briens est titulaire d’un mastère spécialisé en Optimisation des systèmes énergétiques de Mines Paris-Tech (2010-2011). Sous la direction de Nadia Maïzi-Ménard, il a soutenu sa thèse en 2015à MINES ParisTech, au Centre de Mathématiques 

Intitulée « La Décroissance au prisme de la modélisation prospective. Exploration macroéconomique d’une alternative paradigmatique », sa thèse propose une analyse prospective critique de la décroissance comme projet de transition vers des sociétés d’abondance frugale. Le modèle mathématique proposé par François Briens est d’une grande complexité et sophistication statistiques. Il permet à ses utilisateurs de procéder à des simulations dynamiques de l’économie française à l’horizon 2060. Ce modèle met ainsi à l’épreuve différents scénarios, dont plusieurs matérialisent la Décroissance, et qui sont les seuls à offrir des perspectives de soutenabilité écologique et sociale à l’horizon 2060.

Sur le plan de la pertinence pour la prospective, l’outil proposé permet de visualiser les conséquences à long terme pour l’économie française de choix fondamentaux sur les modes de vie et la politique économique et sociale. Cet outil est d’une utilité indiscutable, même s’il possède – comme toute modélisation économique – des limites intrinsèques, à commencer par l’impact de grandes transformations de la communauté mondiale de nature économique – hausse des prix des matières premières par exemple – ou sanitaire.

La mise en place d’un dispositif permettant de simuler les conséquences de choix politiques et économiques sur de nombreuses variables met possiblement cet outil à la portée de toutes sortes d’acteurs. Même si son opérationnalité à grande échelle n’a pas été testée, le modèle pourrait être utile à des mouvements citoyens, des partis politiques ou des institutions de la société civile pour des réflexions et délibérations sur les modes de vie et la gouvernance des institutions.

Mentions Lauréats – Cités par le Jury

Thomas Le Gallic : « Penser nos futurs modes de vie dans les démarches de prospective énergétique : proposition d’une approche par la modélisation », Université Paris Sciences et Lettres, 2017. Sous la direction de Nadia Maïzi-Ménard

Max Mollon

« Designing for Debate. How to craft dissonant artefacts and their communication situations so as to open spaces for mutual contestation (agonism) and the expression of marginal voices (dissensus) », Université Paris Sciences et Lettres, 2019. Sous la direction d’Annie Gentès.

La prospective permet de rapprocher l’anticipation de l’action et implique de faire évoluer les mentalités en changeant de logiciel, ni transhumaniste, ni collapsologue, estime Jean-Éric Aubert, président de la Fondation 2100. Sibylle Duhautois et François Briens l’ont compris : la prospective est un métier d’avenir. Chacun dans leur catégorie, ces travaux permettent d’anticiper la manière dont les sociétés humaines vont faire face aux menaces et opportunités du XXIe siècle. Ils peuvent aussi éclairer les acteurs publics et privés en favorisant les évolutions souhaitables.

Prix de thèse de prospective – Fondation 2100 – Évaluations du Collège de Prospective (PDF) : PRIX DE THÈSES DE PROSPECTIVE - Fondation 2100 - Évaluations du Collège de Prospective (PDF)


Revue de presse – Prix de thèses de prospective – 1 avril 2021 (PDF) : REVUE DE PRESSE PRIX DE THESES DE PROSPECTIVE AU 1ER AVRIL 2021 (PDF)

0 comments on “Sibylle Duhautois et François Briens lauréats des premiers Prix de thèses de prospective

Laisser un commentaire

Translate »