Lettre au Président de Lune Taqqiq

J moins 4, par Lune Taqqiq

Lettre à mon prétendant,

Je suis Marianne, et je viens à vous qui demandez la responsabilité de me représenter, vous unir à moi.

Vous assurez être animé des meilleures intentions à mon égard.

Regardez moi, regardez ce que vous avez fait de moi en une semaine, je suis défigurée, méconnaissable, mon corps meurtri de toutes parts, violenté, souillé, méprisé, déchiré, injurié… mon cœur saigne.

C’est le cœur lourd et serré que je m’adresse à vous, avant que je vous sois livrée…

J’aurais tant aimé pouvoir m’offrir, vous désirer, vous admirer, vous déployer tous mes charmes et atours…

M’aimez vous? M’aimez vous réellement de tout votre cœur? Rien dans vos propos ne laisse présager que vous allez me chérir, prendre soin de moi. Rien de ce qui a été exprimé jusqu’à ce jour me donne à penser que vous me connaissez, que vous me reconnaissez.

Marianne, je suis belle et séduisante , ma chaire et mes courbes sont variées émaillées d’une multitude de territoires, tous différents, terreaux fertiles pour chacun, de trésors, de plaisirs et de saveurs différentes. Où que vous posez votre regard, de haut en bas, d’Est en Ouest, et par delà les mers vous y trouverez de quoi vous enchanter. Des plaisirs toujours renouvelés avec des accents, des notes, des goûts, tonalités et musicalités différentes. La diversité est d’abord dans ma géographie et particularismes régionaux, je suis faite de cette matière…ainsi est ma chaire.

Marianne,j’ai fais croître sur cette planète un peuple dont je suis fière. Les français sont des êtres singuliers et étonnants de contrastes, de caractères différents et bien trempés, contestataires et râleurs, quelques fois maladroits, cependant ils peuvent être réellement aimants et dévoués, généreux et si magnifiquement Humains quand on leur laisse la liberté d’être. Ils détiennent ce petit truc, ce je ne sais quoi qui les rend si unique: cet ART de Vivre à la française,admiré, envié, tant fois copié jamais égalé.

Je suis Marianne, la France, je suis cette terre, que vous voyez comme un territoire. Mais que serais-je sans mes enfants. Ensemble eux et moi indissociables nous avons réalisés tant de merveilles que le monde entier à les yeux tournés vers nous. Vers moi la France pays phare de l’Humanité, Pays des Lumières.

Je suis Marianne, je suis LA FRANCE!

Ma richesse fondamentale est de respecter profondément le pluralisme, une vision Humaniste du progrès pour la liberté, l’égalité,la fraternité. Cette vision respecte les valeurs humaines. Elle rayonne à travers le monde et participe activement à la paix. L’État d’esprit porté et incarné par la FRANCE c’est étendu de l’Humain à son environnement, le respect du vivant, le respect de notre planète.

C’est le regard tourné dans cette direction que je respire, ainsi j’inspire et inspire le monde, qui n’a de cesse de m’observer…

C’est là une responsabilité qui s’étend bien au-delà de ma géographie, elle porte en substance l’Humanité toute entière…L’avez vous à ce point oublié?

Je suis Marianne, Je suis la France, Nation Mère des droits de l’Homme, qui a œuvré grâce à l’audace, la volonté, le courage et le sacrifice des ses enfants ; vos pères, pour tout ce qui fait que puissiez être là, aujourd’hui, devant moi prétendre à gouverner. Car je suis aussi rebelle, capable de révolutions. Des têtes sont tombées quand on s’attaque à mon intégrité.

Aujourd’hui ma nature bienveillante et fraternelle n’est pas assurée.

Je peux comprendre que votre regard ai été altéré, et que vous m’appréhendez plus comme une structure à administrer, et mes enfants comme de petits actionnaires tant vous donnez l’impression de surveiller mes actifs la main sur le portefeuille et la réduction des effectifs pour soi-disant me protéger.

Est-ce ainsi donc que vous me voyez, comme une entreprise à diriger? Un territoire à barricader?

Très cher, laissez moi avant que cette union soit scellée, vous montrer qui je suis ce qui fait ma beauté et ma valeur, mon coté unique et exceptionnel.

A aucun moment, dans votre parade pour prétendre me conquérir, vous avez parlé de moi, ce que vous voulez mettre en place pour que je puisse m’épanouir dans ce monde qui se transforme. Ce qu’il serait bon de chérir et aimer si vous désirez réellement que notre union soit complice et prospère.

Je me sens déchirée et reniée dans ce que je suis fondamentalement, et voyez vous mon corps se révolte déjà et le rejette amèrement.

Est-ce ainsi que vous voulez célébrer notre union ? En rejetant la moitié qui vous a permis de vous tenir devant moi aujourd’hui. Vous le savez n’est-ce pas, c’est grâce à elle. Elle qui a balayé l’ancien pour s’offrir une vision moderne et progressiste, sans elle, vous ne seriez pas là .

Quelle est donc cette partie de moi que vous ne connaissez pas, que vous ne reconnaissez pas, puisque dans vos programmes rien n’est mentionné, aucune allusion. Alors même que c’est elle qui vous permet de prétendre au pouvoir. Vous me faites souffrir… ne voyez vous pas que cette part, c’est mon cœur?

Je suis Marianne, Je suis la France, mes racines et ma sève ont de Gaule été fécondées et de Gaulle j’ai été maintenue dans mon intégrité. Mes entrailles et mon cœur vivent et sont nourris de cette Gaule là.

Rebelle et insoumise, je suis mais aussi aimante, passionnée et dévouée…

Je peux vous accorder cette maladresse, tant vous étiez tous occupés à trouver le plus beau costume pour me séduire lors du bal des prétendants, vous avez omis les préliminaires…

Vous savez ces promesses que l’on se fait parce que l’on apprend à se connaître, s’ajuster …Oui je parle bien de fiançailles…C’est doux et joli n’est ce pas ? Que l’on fiance …n’entendez vous pas le mot confiance?

Je sais que notre époque n’offre plus de bague, je m’adapterais car j’ai bien compris que j’aurai un pragmatique à mes cotés qui se veut avant tout efficace…

Si nous ne faisons pas une union du cœur, faisons celle de la raison, et garantissez moi que vous me laisserez la gouvernance du cœur et des valeurs de la vision dont je suis la vestale… Vous le voyez bien, je suis plus experte que vous dans ce domaine. Vous pouvez me faire confiance votre position actuelle en témoigne.

Aussi, afin de me garantir de votre amour sincère, qui aurait jusqu’ici maladroitement, très maladroitement été exprimé, je vous offre de me surprendre, de m’étonner,me montrer que vous aussi de Gaule vous êtes constitué. Prêt et dévoué, tout à moi, afin que mes potentiels puissent s’exprimer et jaillir dans leur plénitude.

Car pour le moment entre nous deux, la seule qui prend tous les risques sans aucune garantie, c’est bien moi…Ce courage je l’ai…Partageons les risques et prouvez moi la confiance que vous avez en vous, pour m’aimer comme vous le dites. La confiance est une affaire de réciprocité.

Et faites moi un contrat, engagez vous en bonne due forme à respecter mon cœur, mes valeurs, mon intégrité. Garantissez moi un ministère du cœur et de la vision du futur de la France, de l’Humanité et de notre planète. Vous le savez, c’est qui je suis, qui fait ce que je suis: Unique . C’est ainsi que je suis animée.

Je demande ces deux ministères et c’est moi qui choisirais qui occupera ses postes. Ces deux ministères auront un droit de regard à minima moral sur toutes actions par vous mené par ailleurs, afin que nous restions toujours respectueux l’un de l’autre, les uns des autres , et que la richesse et ma valeur, mon actif immatériel comme vous diriez, soit regardé par une experte qui pratique depuis toujours ce culte de la diversité, l’ouverture, moi. Là est mon Art.

Cet Art de vivre à la Française généré par sa diversité, son intelligence, sa créativité, son ingéniosité. Tant de découvertes et de splendeurs ont été crées aux cours des siècles passés…Oui je suis féconde, mais il me faut laisser la liberté, l’espace et les moyens pour produire…Vous, apparemment, vous savez gérer…Et moi je sais inspirer, générer et régénérer. Il apparaît que sans moi vous serez bien limité.

Laissez moi libre de produire, laissez moi chérir tout ce alimente la richesse, la beauté et la grâce de notre savoir Être, notre savoir faire, notre économie dans toutes ses dimensions.A tel point que moi, Marianne, La FRANCE, je suis visitée et sollicitée du monde entier.

Ce savoir Être, vient de l’Amour…et la France est Le pays de l’Amour dans le monde.

Étonnez moi, soyez audacieux prouvez moi votre dévouement, votre amour sincère et offrons nous ces fiançailles…

Ainsi nous aurons peut-être des noces à défaut d’être festives, scellées dans la confiance d’un accord, une entente réciproque.

C’est en toute liberté, sur un pied d’égalité et avec fraternité que je vous salue.

Pour La France, l’Amour de moi la France.

Marianne


Publications par dates

Certains livres de Thierry Gaudin sont téléchargeables gratuitement aux « Classiques des Sciences sociales »

L’Impératif du vivant, Éditions de l’Archipel, 2013 ;

Pour une société meilleure ! (co-auteur), Nouvelles éditions de l’Aube, 2011 ;

L’Empreinte de la technique. Ethnotechnologie prospective, Colloque de Cerisy 2009, coordonné avec Élie Faroult, L’Harmattan, 2010 ;

La Pensée anticipatrice, thèse de doctorat en Sciences de l’information et de la communication, sur travaux, soutenue à l’Université de Paris X Nanterre le 17 avril 2008 ;

La Pensée, modes d’emploi, Éditions Ovadia, réédition 2008 ;

Prospective des religions, Éditions Ovadia, 2007 ;

La Prospective, PUF, collection Que Sais-je ?, juin 2005 ;

Préliminaires à une prospective du capitalisme, Éditions de l’Aube, 2003 ;

Discours de la méthode créatrice, entretiens avec François l’Yvonnet, Éditions Le Relié, coll. Ose Savoir, 2003 ;

Les Nouvelles raisons du savoir, collectif, coordination avec Armand Hatchuel, Colloque de Cerisy 2001, Éditions de l’Aube, 2002 ;

L’Avenir de l’Esprit, entretiens avec François l’Yvonnet, Albin Michel, 2001 ;

De l’Innovation, avec Jean-Éric Aubert, Éditions de l’Aube, 1998 ;

Préliminaires à une prospective des religions, Éditions de l’Aube, 1998 ;

Introduction à l’économie cognitive, Éditions de l’Aube, 1997 ;

L’Aménagement du territoire vu de 2100, Éditions de l’Aube, 1994 ;

2100, Odyssée de l’Espèce, Payot, 1993 ;

2100, récit du prochain siècle (direction), Payot, 1990 ;

Les Métamorphoses du futur, Economica, collection CPE, 1988 ;

Philosophie de l’innovation, éditions Sophon, Strasbourg. Deux volumes :

Pouvoirs du rêve, Numéro hors-série de la revue Culture technique, Éditions CRCT, 1984 ;

L’Écoute des silences, 10/18, 1978.


L’Impératif du vivant

Les êtres vivants ne sont pas faits de matière. Ils sont faits d’information, ce qui donne forme à la matière et se perpétue à travers elle. Tel est le retournement de perspective auquel ce livre invite.
La technique et l’économie ne devraient-elles pas être mises au service de la vie et non l’inverse ? L’idéologie dominante, présupposant que la lutte pour la vie est le moteur de l’évolution, justifie les excès du libéralisme. Or, depuis l’origine des êtres vivants, l’histoire montre au contraire un cheminement vers la coopération.

Partant de la connaissance élémentaire, celle du nouveau-né qui construit sa perception du monde environnant, jusqu’aux organisations politiques et sociales, l’auteur élabore une réflexion qui débouche sur des suggestions pour une gestion durable de la planète. À cet égard, le système actuel s’est disqualifié. D’autres formes d’organisation sont à construire, plus proches de la logique du vivant avec ses trois fonctions : la préservation, la destruction créatrice et la conceptualisation.
Si « l’impératif industriel » était autrefois celui de la rationalité productrice sans limite, de la satisfaction des appétits de consommation et de puissance, l’impératif du vivant est au contraire celui de la tempérance, du respect, de l’accompagnement de la vie sous toutes ses formes, et de l’élévation de la conscience.
éditions de l’Archipel, Février 2013

Télécharger aux classiques des Sciences sociales de Chicutimi

Commander ce livre (s’il en reste)


Pour une société meilleure !

Societe-meilleure_BernardInterventions de la table ronde Avenir des sociétés contemporaines, organisée par Philippe J. Bernard dans le cadre de Prospective 2100, le 5 avril 2011 au Centre d’analyse stratégique à Paris (CAS, ex Commissariat au Plan). Co-auteurs : Philippe J. Bernard, Thierry Gaudin, Susan George, Stéphane Hessel et André Orléan.
64 pages
Nouvelles éditions de l’Aube, 4 novembre 2011


L’Avenir de l’Esprit

L'Avenir de l'EspritL’Avenir de l’Esprit, entretiens avec François l’Yvonnet, Albin Michel, 2001.
Dans ces entretiens avec le philosophe François L’Yvonnet, Thierry Gaudin, ingénieur devenu prospectiviste, s’attache à montrer que la mutation contemporaine n’est pas assimilable à un nouvel avatar de la révolution industrielle mais doit être comprise comme un véritable changement de civilisation.
L’ampleur de cette transformation fait se lever les résistances et les conformismes. Mais quelque chose d’inévitable est en train de se produire. Thierry Gaudin constate que la notion même de connaissance est mise en cause. Il propose une philosophie de la reconnaissance, qui vaut pour les individus comme pour les collectivités, ou encore les « personnes morales » que sont les entreprises. Continuer la lecture de L’Avenir de l’Esprit


Discours de la méthode créatrice

Discours de la méthode créatriceLe Discours de la méthode de René Descartes est considéré comme l’un des textes fondateurs de la philosophie rationaliste, voire de la Science moderne. Si nous avons éprouvé le besoin de mettre par écrit ce qui suit, ce n’est pas pour réfuter, mais pour compléter l’approche de Descartes. Son « Discours », en effet, ne donne pas une « méthode » au sens étymologique du terme : en grec, meta odos, le chemin qui mène au loin. Il donne des éléments de validation, des préceptes, mais ne fournit pas d’indication pratique sur la manière d’avancer. D’autre part, de nombreux manuels ont été publiés sur les « techniques de créativité », à l’usage des entreprises et des consultants. Ces textes contiennent de nombreuses recettes comportementales, mais, à l’inverse de Descartes, ils sont souvent trop précis pour s’adapter à la diversité des situations. Ils ne donnent pas non plus au lecteur les moyens d’adapter leur « méthode » parce qu’ils n’explorent pas les fondements. En quelque sorte, ils disent : « faites comme je vous le dis, ça marche » sans expliquer pourquoi ça marche. En utilisant une approche cognitive et philosophique nous avons voulu nous situer dans cet espace intermédiaire entre la recette pratique et la philosophie. Mais les nécessités de l’exercice nous ont amenés à poser la question de l’être (l’ontologie) d’une manière qui n’est plus tout à fait cartésienne. Ce faisant, nous croyons aussi placer la philosophie en phase avec le XXIe siècle où, d’après nos travaux de prospective, le paradigme scientiste, cohérent avec l’industrialisation, devrait laisser place progressivement à un paradigme dit cognitif. On renonce à l’idée d’un sujet unique et omniscient, celui de la Science, dans lequel s’accumulaient indéfiniment des connaissances, au profit d’une multiplicité de sujets (et d’êtres pensants individuels et collectifs) qui, chacun à leur façon, interprètent en permanence le monde. Ce nouveau schéma conduit à relativiser le savoir, autrement dit à étendre l’idée de relativité au champ de la connaissance.

Télécharger le Discours de la méthode créatrice en format pdf (83 pages, 709 Ko).