Archives de catégorie : Monnaie et fiscalité incitatives

Où va l’intelligence artificielle

Alain Cardon

Cycle Prospective et cyberstratégie, atelier animé par Dominique Lacroix
Conférence proposée par Jean-Louis Bobin

L’Intelligence Artificielle a 60 ans et aujourd’hui les applications informatiques utilisent très fortement l’IA. Il y a plus de 48 millions d’internautes en France et les applications, multiples et sophistiquées, influencent nos activités professionnelles et nos comportements quotidiens. Nous devenons très dépendants des systèmes connectés qui planifient les situations et qui commencent à nous remplacer dans de très nombreux domaines. Les applications sont de plus en plus étroitement liées à nos comportements et à nos activités, à notre vie professionnelle, sociale, culturelle et personnelle, pour y apporter, au moment où il le faut, des informations utiles et des conseils judicieux.
Continuer la lecture

Réguler la finance au XXIe siècle

François Valérian

par François Valérian, polytechnicien, ingénieur général du Corps des mines et docteur en histoire, administrateur de Transparency International France

Réguler la finance peut sembler impossible. La finance en effet, et ce au moins depuis les tablettes cuites dans des incendies, qui attestent des prêts en Mésopotamie au XVIIe siècle avant Jésus-Christ, est l’industrie de l’avenir. Elle est l’industrie de l’avenir, non pas au sens d’une industrie d’avenir mais d’une activité entièrement tournée vers l’avenir, car l’objet de toute finance est l’avenir, sur lequel on parie ou dont on se protège.

Or l’avenir se prête difficilement à la régulation, comme Victor Hugo le rappelait à Napoléon il n’appartient à aucun prince, et selon ce qu’on croit l’avenir n’est à personne ou il est à Dieu. La finance évolue toujours pour épouser l’avenir tel qu’il semble se dessiner, et y trouver un gain ou une protection. Pour cela, et même si ses principes sont les mêmes depuis les débuts de la civilisation assyrienne, elle change de forme. Les régulateurs constatent souvent qu’ils ont régulé une forme dépassée de finance, ou régulé pour prévenir la dernière crise et non pas la prochaine.

La finance bouge dans le temps, et elle bouge aussi dans l’espace alors que la règle politique ou juridique est le plus souvent circonscrite par les limites d’un territoire. Il existe donc dans la régulation financière une tension spatiale entre l’objet à réguler et les instances régulatrices. S’interroger sur la régulation financière, c’est s’interroger sur cette tension entre d’une part l’espace de la finance et de ses flux, et d’autre part l’espace du politique et de ses règles.

Je ne saurais m’interroger sur les règles de la finance sans me plier à la règle de l’exercice auquel je suis convié, qui est, si je l’ai bien comprise, de situer toute interrogation dans un XXIe siècle long, qui évoque le moment présent mais pour le dépasser dans un effort point entièrement différent de celui du spéculateur financier, et pour évoquer donc cet objet de la finance qui est l’avenir. Le financier, qui passe sa vie à interroger l’avenir, sait aussi que la prochaine seconde, voire la prochaine fraction de seconde, est incertaine, et je partage un peu cette conviction. Je ne me déroberai pas cependant à l’exercice de prospective, mais sans quitter du regard le passé lointain ou proche, et je me propose donc d’envisager dans son évolution temporelle, avant le XXIe siècle, depuis la crise de 2008, et enfin dans une réflexion prospective, la tension entre l’espace de la finance et l’espace de la régulation.



Quelques photos de la conférence
(clichés Dom Lacroix, Creative Commons BY-NC-SA)

img_2419

img_2426

img_2417

img_2413

img_2411

img_2403

img_2402

img_2428

Monnaies complémentaires

Conférence 2100, juillet 2009, par Bernard Lietaer
en partenariat avec l’École de Paris et la Fondation pour le progrès de l’homme.